Boulazac a régalé son public

Avant la rencontre, Alexandre Ménard réclamait à ses hommes de mettre de l’intensité dès l’entre-deux initial. Il a été servi. Cette fois, les Boulazacois ont été dans le rythme très vite, adroits et agressifs. Trop au goût des arbitres puisque Nic Moore et Nicolas De Jong étaient déjà crédités de deux fautes au bout de trois et cinq minutes. Il a fallu se débrouiller autrement et tout le monde an apporté son écot.

Travis Munnings, Clément Cavallo, Martin Junakovic meublaient tour in tour le scoring, quand Saint-Chamond s’appuyait surtout sur les inusables Boyer, Guichard et Ammour. Pas de quoi faire un écart : il n’excédait pas les quatre points jusqu’au coup de folie de Bathiste Tchouaffé. Deux paniers primés de rang et un lancer du numéro 8 boulazacois, qui aura tout fait dans le match, y compris passer la serpillière, mettaient de la distance (28-20, 10e).

Paul Billong et Olivier Cortale renchérissaient (33-20, 12e) avant un moment de creux mis à profit par les Ligériens, Ajayi en tête (35-32, 15e).

Le 100e de l’Espoir

L’adresse des visiteurs était toutefois trop aléatoire pour sanctionner une défense pourtant élastique par instants des Boulazacois (14 sur 31 dont 2 sur 12 à trois points). Au contraire, Junakovic remettait un panier primé (49-36, 20e) pour conclure l’invraisemblable 100% derrière la ligne des 6,75 m à la mi-temps de la part du BBD (7 sur 7). Hormis les rebonds offensifs (1-6) et les interceptions (1-6), les Périgourdins dominaient tous les secteurs statistiques.

Laisser les Couramiauds à 36 points à la mi-temps était une vraie performance, supérieure à leurs deux sorties précédentes. Mais alors que dire de l’écart de 20 unités qui se présentait en milieu de troisième quart-temps (60-40, 24e) ? Moore aurait pu tirer toute la soirée les yeux fermés, ses tirs seraient rentrés quand même.

Alexandre Ménard a pu profiter de ce matelas pour équilibrer les temps de jeu, faire souffler ceux qui avaient beaucoup donné pendant les quarante-cinq minutes de bataille livrées à Vichy trois jours plus tôt (109-104 ap). Le petit sursaut d’orgueil couramiaud de fin de rencontre n’a servi qu’à limiter la casse sans inquiéter les Boulazacois, qui offraient le 100e point à l’Espoir Yannis Péjoux.

Leave a Comment