Basket/Elite : L’Elan ne pouvait pas mieux débuter los angeles saison

Outre la prestation majestueuse de Stockton, on retient de ce premier match le 5 sur 10 à 3 points de Garrett Sim, les 18 points et…

Outre la prestation majestueuse de Stockton, on retient de ce premier match le 5 sur 10 à 3 points de Garrett Sim, les 18 points et 9 rebonds du capitaine Giovan Oniangue, qui a parcouru le parquet pendant 38 minutes, les 17 points et 5 rebonds d’un Chikoko en jambes, les 15 points et 6 rebonds d’un Cummings prometteur mais qui prend encore ses marques, et les 4 points et 6 rebonds d’un Enzo Shahrvin dajà autoritaire qui a pris date pour l’avenir.

Vous avez bien compté, cela fait 79 des 83 points uniquement marqués par les membres du cinq majeur. Ce qui prouve la marge de progression de ce nouvel Elan qui pourrait en surprendre d’autres si Landing Sané, Gérald Ayayi et Fabio Milanese se hissent au niveau des six principaux hommes qui ont essoré la SIG et son effect le con Topstru con 4.it

► 1er quart-temps : 14-27

Pas de minute d’observation. Okoye dégaine à 3 points sur la première possession, Cummings lui répond au buzzer sur la suivante. Le match est lancé sur des bases offensives que la suite ne dément pas. Après 3’15 de jeu, Eric Bartecheky arrête déjà le jeu, son équipe est menée 6-13 par une SIG qui peut développer trop aisément son attaque (5 sur 6 dont 3 sur 4 à 3 points).

Le temps-mort ne refroidit pas un Okoye diabolique (11 des 19 premiers pts visiteurs) qui relègue l’Elan à 11 points (8-19, 5e). L’entraîneur Palois décide d’ouvrir son banc intégralement. Shahrvin se distingue aussitôt par 2 rebonds offensifs et un contre sans que l’écart se réduise pour autant. Une claquette et un lancer de Léo Cavalière creusent un peu plus l’écart (10-24, 8)e). L’ancien Palois y va même d’un trois points pour couper court à la mini-révolte impulsée par la défense béarnaise qui venait d’envoyer Oniangue à dame à deux reprises avant les citrons.

►2e quart-temps : 44-41 (30-14)

Redémarrage favorable aux locaux. 4 lancers d’Oniangue réduisent l’écart sous la dizaine (18-27, 12e). Auteur des 8 derniers points de son équipe, Cavalière assure l’essentiel pour laisser les siens en contrôle (18-29, 13e) même si Lassi Tuovi a senti le moment opportun pour un premier rappel à l’ordre, ses hommes sont déjà dans la pénalité. L’Elan en profite pour empiler les lancers, 8 de suite, et se rapprocher sans avoir l’air d’y toucher (22-29, 13e).

Entre une défense qui est sérieusement montée en régime (8 points seulement encaissés en 7 minutes), un Chikoko (10 pts) qui prend possession de la raquette, et un Sim qui retrouve son adresse de loin au bon moment, voilà l’Elan de retour à une seule possession (33-35, 17e) ! La SIG ne s’y attendait pas. Encore moins aux deux dunks de Shahrvin, le premier servi sur un plateau par Chikoko pour l’égalisation à 37 (18)e), le second pour donner le premier avantage à l’Elan (41-40, 20e). Confirmé par Sim au buzzer !!

►3e quart-temps : 64-57 (23-16).

Préservé tout le QT2 avec ses 2 fautes, Cummings est de retour. Pas la SIG qui continue de subir la consistance défensive des Béarnais parfaitement drivés par Michael Stockton (49-43, 23e). Après une poussée à +7 consécutive à un gros rebond offensif transformé en panier par Cummings (52-45, 24e), Strasbourg propose un supplement de dureté et de discipline qui le rapproche (54-51,26)e). Une alerte que la vista et le talent de Stockton, déjà à 10 pts, 8 passes, 3 interceptions, évacuent rapidement (59-53, 28e).

Le même Stockton à la conclusion d’un magnifique mouvement d’envergure, avec le ballon qui passe par toutes les mains paloises sans toucher le parquet, avant un panier à 3 points du meneur face au cercle, synonyme de plus gros écart du j , +9 (64-55, 30e).

►4e quart-temps : 83-80 (19-23)

Un 5-0 rapide des visiteurs (64-62, 32e) est une alerte suffisante pour Eric Bartecheky qui rapelle fissa son monde avant de renvoyer Chikoko et Cummings au mastic. Ils n’empêchent pas Okoye et Mitchell de retrouver leur adresse à trois points. Le 5-0 s’est transformé en 11-0 en moins de trois minutes (64-68, 33e). Stockton stoppe la série sur la ligne, relayé par Cummings qui enchaîne deux « gros » shoots de loin (69-68, 34e) qui font un bien fou aux Palois. Sim enchaîne de loin au buzzer, et voilà l’Elan, précis sur la ligne des lancers, qui mène de 5 points à 1’50 de la fin (80-75).

A 53 seconds du buzzer, le score est inchangé. Après temps-mort, Mitchell maintient le match en vie pour la SIG (80-78, 15 sec à jouer), mais Oniangue, déjà dans le camp offensif, est servi dans un timing excellent par Chikoko qui a bien flairé la carotte (82 -78, 11 sec.). Un temps-mort plus tard, Mitchell marque (trop) vite dès la remise en jeu (82-80, 10 sec). Pas de panique chez les locaux. Après une ultime remise en jeu, le ballon circule bien jusqu’à la faute commise sur l’indispensable Giovan Oniangue. A 2’7 secondes de la fin, le capitaine marque le premier lancer, manque le second, mais Cummings saute plus haut que tous les Sigmen pour s’emparer de l’ultime rebond du match. Celui du premier grand bonheur.

Leave a Comment